En Islande, à vélo, été 2013
Article mis en ligne le 26 octobre 2013
par Yves LE ROY
Imprimer logo imprimer

Au départ de Keflavik nous prenons la route 41, très bruyante, avec beaucoup de circulation jusqu’au site des grandes failles de Pingvellir. Nous admirons de beaux paysages avec lupins bleus (pour éviter l’érosion éolienne) des maisons isolées de toutes les couleurs. Ensuite nous poursuivons en direction Geysir : marmites d’eau bouillonnante , fumerolles et son geyser , le Strokkur.
Après les chutes de Guilfoss, la F35 nous attend : « piste déconseillées aux voitures normales, aux motos et aux vélos » , montagnes au début , vue sur le glacier Langjokull puis champs de lave, coucher de soleil sur la montagne, camping sauvage face au glacier...
Arrivés à Hveravellir nous suivons le chemin balisé entre les cratères bouillonnants, les fumerolles et nous prenons un bain dans la mare d’eau chaude naturelle à l’extérieur. Jolis paysages verts en fin de piste, fermes aux toits bleus, rouges ... …Nombreuses rivières jusqu’à Blonduos où nous faisons une journée de relâche, en tenues d’été, pour profiter du grand soleil. Un petit tour à la fête du village : artisanat, jeux, radio-crochet.
Le lendemain nous partons en bus faire le tour de la péninsule de Snoefellness : Olfsvik – Hellisandur – grotte – Anarstapi – canyon – Côte découpée avec oiseaux nicheurs , phoques , dauphins. Au cours d’une randonnée à pied de 14 kms dans la montagne nous nous baignons dans la rivière d’eau chaude (40°). Pique-nique et re-bain. C’est un chemin montagneux difficile, nous passons près de nombreuses marmites bouillonnantes, fumerolles, cascades. Le soir, promenade et entrée dans une serre tropicale : bananiers , figuiers hibiscus , cactus caféiers , citronniers.
Sur la route du retour nous visitons un pont symbolisant la fracture tectonique entre les 2 continents : Europe et Amérique, et un dernier site bouillonnant. Nous avons vu de nombreux oiseaux : guillemots, fulmars, sternes, mouettes et goélands dont la présence est signalée par de nombreux panneaux.
Après presque trois semaines sans voir la nuit, le départ pour l’aéroport à 3h, phares allumés, laisse une impression bizarre, mais il faut bien rentrer.
Jean-Yves HERVE

Dans la même rubrique

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


puce Plan du site puce Contact puce Espace rédacteurs puce squelette puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2013-2019 © Cyclo Club BRIEC Pays Glazik - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.71.12