Paris - Brest - Paris 2015, une belle aventure.
Article mis en ligne le 10 septembre 2015
par Yves LE ROY
Imprimer logo imprimer

Paris-Brest-Paris 2015, une belle aventure

Une randonnée mythique, le Graal des cyclotouristes … les superlatifs ne manquent pas !
Le lecteur trouvera toutes les informations concernant l’organisation sur le site de l’Audax Club Parisien [1]
Cinq membres du club se sont lancés dans l’aventure : Cathy LE MENEC, Jean-Yves CHOSSEC, Alain GUEGUEN, Yves LE ROY, Youenn NEDELEC. Alain et Yves l’ont déja fait 2 fois, pour les 3 autres ce serat une découverte avec beaucoup d’interrogations.

Début Juin, les brevets de 200, 300, 400 et 600 km sont passés. Les inscriptions sont faites. Les chambres d’hôtel à St Quentin en Yvelines et le gîte à Trévé sont réservés depuis plusieurs mois. L’attente du départ commence avec plus ou moins d’excitation pour l’un ou l’autre.
Chacun peaufine sa préparation que ce soit dans les Pyrénées ou sur les routes de la Mayenne et du Perche ou, tout simplement, du Finistère.
Samedi 15 Août, c’est le départ de Briec pour le contrôle des vélos, remise des plaques et autres accessoires en fin de journée dans le tout nouveau vélodrome de la région parisienne.

Dimanche 16 : Les voitures sont laissées au parking et nous allons donc prendre le repas avant le départ. 45 mn de queue et il n’y a plus rien à manger quand arrive notre tour ! Il nous faudra donc trouver une autre solution pour nous restaurer.
Jean-Yves prend le départ à 18h30. Assis devant un plat de pâtes nous voyons son groupe passer sur la place Georges Pompidou.
19h45 : à notre tour de nous élancer en direction de Mortagne au Perche pour un premier ravitaillement après 140 km.

Suivront les contrôles de Villaines La Juhel, Fougères Tinténiac. Jusque-là tout va bien même si les temps d’arrêts sont allongés du fait que nous soyons 4 et que notre fonctionnement ne soit pas d’une rigueur militaire.
La Cheze, km 439, petite pause, et voilà le premier qui passe en direction de Paris. Il a parcouru 789 km depuis dimanche 16h. Bientôt nous croisons un groupe de poursuivants.
Loudéac, lundi 20h54, nous avons pris du retard sur l’horaire indicatif et la fatigue se fait sentir. Alain est parti devant, où ? Faut-il l’attendre ? Son téléphone ne répond pas. Au gîte, toujours pas de nouvelle et la nuit est tombée ...Ouf, un coup de téléphone, il n’est pas loin et nous rejoindra pour le dîner.
Nous apprenons que Jean-Yves était arrivé à Carhaix à 20h30.
Mardi, 6h, après une courte nuit, nous repartons en direction de Carhaix. Première difficulté au petit matin : la cote de Merléac. A Saint Nicolas du Pelem, contrôle secret, A Carhaix Youenn a la surprise de trouver son fils Michel. Pierre Yves DOUGUET nous accompagne jusqu’au Roc Trévézel. Suivront Sizun, Plougastel Daoulas où nous trouvons Jean LUCAS venu à notre rencontre et enfin nous arrivons à Brest au Lycée Kérichen à 18h15.

Il faut repartir sans trainer malgré la fatigue. A la sortie de Sizun Aline, Angèle et Michel nous attendent. Au Roc Trévézel Brigitte, Eliane et Hervé, nos conjoints, sont venus nous encourager.

Nous les retrouverons à Carhaix peu avant 21h. Les parents de Cathy sont également là de même que Hervé LE SEAC’H et Denis KERAUTRET avec encouragements et ravitaillement appréciés.
Entre temps Jean-Yves poursuit sa route vers Tinténiac.
Au départ de Carhaix le muscle fessier gauche me fait de plus en plus souffrir dès que la route s’élève. Du côté de Plounevez Quintin la douleur ne faiblit pas. En arrivant à St Nicolas du Pelem l’abandon est inévitable et je dois donc laisser mes compagnons poursuivre sans moi. Le lit de camp dans la salle de sports sera bienvenu pour la nuit.
Dans le trio qui continue Alain donne des signes de fatigue et devra également s’arrêter entre Corlay et St Martin des Prés pour une prise en charge par les services médicaux après une longue attente dans une maison à proximité dont le propriétaire leur a ouvert sa porte et offert un café gâteau. Très sympa !
Le lendemain Alain sera opéré d’un panaris au pouce droit à l’hôpital de Carhaix.
Et voilà Cathy et Youenn, plus déterminés que jamais à joindre St Quentin. Nous avons mis la plaque et pédalons comme des dingues jusqu’à Loudéac où nous nous sommes contentés de 30 mn de pause, faisant l’impasse sur le gîte de Trévé. A chaque contrôle nous nous reposons entre 30 mn et 1 h sauf à Dreux. Dans l’ensemble depuis que nous nous sommes retrouvés à 2, nous avions une organisation au top. De toutes façons nous n’avions pas le choix pour valider notre périple dans les temps. Un moment la fatigue nous a tellement envahis que nous nous sommes arrêtés sur un trottoir pour faire un somme de 15mn.
Sous la pluie jeudi matin les routes sont très dangereuses, mais les 2 complices ont bouclé le parcours en 89h46 mn avec une petite marge de 14 minutes !
Il était temps d’arriver …

Quelques commentaires de Jean-Yves :

Il y a 12 ans j’ai vu ces gaillards du club traverser les monts d’arrée, ça m’avait pris aux trippes. Je me suis donc lancé dans l’aventure.
Eh bien c’était le pied, les jambes tournaient merveilleusement bien, que du plaisir, plein d’anecdotes et de rencontres. J’avais un regard d’enfant en classe découverte.
Ce qui sera le point d’orgue du PBP c’est mon épouse qui m’interpelle et me dit de me magner pour être classé et moi de lui repondre "tu me fous le stress". Alors sentant ne pas être entendu, elle appelle Guillaume mon fils à Paris et lui demandede faire le nécessaire.
Dernière étape Dreux/St Quentin je ne voulais pas arriver trop tôt dans la nuit, alors je lui donne rendez-vous à 9h00. J’avais 5 mn d’avance, bouclant mon périple en 86h24 mn !
Motivé pour une nouvelle aventure dans 4 ans. Cette fois là, je ne serai plus un bizut !

et de Cathy :
Bien sûr je suis très contente et même fière de ma réussite. Fière d’avoir relevé le défi, fière d’être allée au bout, d’avoir pu trouver en moi la force et le mental pour mener à bien cette expédition difficile.
Même si bien sûr c’est moi qui ai pédalé, si c’est moi qui ai peiné dans les côtes du Perche, souffert du manque de sommeil sur le chemin du retour, de la pluie battante à Dreux, je n’oublie pas que cette réussite est aussi due au soutien sans faille de plusieurs personnes. Merci à ceux qui m’ont prodigué leurs conseils, à ceux qui m’ont prêté du matériel, à ceux qui ont fait les simulations de calculs, à ceux qui sont venus à Carhaix, à Brest et à Sizun nous encourager, nous ravitailler et faire des photos.

Gageons que ma réussite suscite d’autres vocations notamment chez les féminines. Je les encourage vivement à relever le défi !
Allez-y les filles ! Lancez-vous : « Ce n’est parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles » - Sénèque.
Avec les félicitations de Mme ROCHETTE, adjointe au maire de Briec :

A peine remis de leurs émotions, il y a déjà des partants pour 2019 …

Notes :

Dans la même rubrique

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


puce Plan du site puce Contact puce Espace rédacteurs puce squelette puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2013-2019 © Cyclo Club BRIEC Pays Glazik - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.71.12